Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Rachel EMMA

Étudiant
Hervé Hugueny

Chef des informations

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Infractions de presse > La critique gastronomique et le droit - Infractions de presse

11,00€ TTC
Chroniques et opinions


16/01/2014


La critique gastronomique et le droit



Ajouter au panier



> Abonné ? Identifiez-vous



Le principe de liberté de la critique gastronomique est consacré par la jurisprudence et seuls les abus du droit de critique envers les produits ou services d'un restaurant ou d'un producteur peuvent être réprimés sur le fondement de l'article 1382 du Code civil. L'injure ou la diffamation sont également écartées en la matière, seule l’attaque personnelle du chef pouvant donner place à des poursuites.

Droit et gastronomie ont toujours fait bon ménage. Talleyrand soutenait que « le meilleur auxiliaire d’un diplomate, c’est bien son cuisinier » et ne manquait pas de se rendre au Congrès de Vienne accompagné d’Antonin Carême.Par ailleurs, le premier critique gastronomique, Grimod de la Reynière (1758-1838), était avocat(1) de même que Brillat-Savarin (1755-1826), auteur de « La physiologie du goût », qui devint ensuite Président du Tribunal de l’Ain ...
Frédéric Gras
Avocat au Barreau de Paris
 
16 janvier 2014 - Légipresse N°322
6114 mots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message
Powered by Walabiz