Sur le même sujet

Christine angot et lionel duroy versus leurs “personnages” / Cours et tribunaux

Christine Angot et Lionel Duroy versus leurs “personnages”

1/11/2013

Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Decarli Laura

Employe
Jean-Marc Maillet-Contoz

reporter rédacteur

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Mise en balance de la liberté d'expression et de l'atteinte à la vie privée au sujet d'un roman autobiographique -

5,00€ TTC
Vie privée
/ Jurisprudence


01/06/2013


Mise en balance de la liberté d'expression et de l'atteinte à la vie privée au sujet d'un roman autobiographique



Ajouter au panier



> Abonné ? Identifiez-vous



Une personne ne peut utilement se prévaloir de l'article 9 du Code civil en manifestant une susceptibilité exacerbée, au risque d'entraver la création littéraire, voire d'en supprimer certains genres tels que l'autobiographie dans laquelle l'auteur, relatant sa vie, évoque nécessairement celle de ceux qu'il a croisés. Le principe de la liberté de création littéraire, principe qui ne tend pas seulement à protéger les droits de l'auteur et de son éditeur, mais également ceux des lecteurs potentiels, ne permet pas de considérer, en ce domaine, que la seule constatation de l'atteinte à la vie privée ouvre droit à réparation. Celui qui se prévaut d'une telle atteinte doit, de surcroît, établir que celle-ci et le préjudice qui en est résulté présentent un caractère d'une particulière gravité.

En l'espèce, un homme avait assigné une société d'éditions pour obtenir la réparation de l'atteinte portée à sa vie privée par la publication d'un “roman” intitulé Colères et voir interdire toute nouvelle exploitation de l'ouvrage. Il apparaissait que ce dernier avait été écrit par son propre père, qu'il revêtait un caractère autobiographique, et portait en grande partie sur les relations filiales conflictuelles entretenues par les protagonistes. Le tribunal relève que de ...
Tribunal de grande instance, Paris, 17e ch. civ., 22 mai 2013, R. Duroy c/ Sté Éditions Robert Laffont
 
1er juin 2013 - Légipresse N°306
443 mots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message
Powered by Walabiz