Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Ivan TEREL

Associé
GKA AVOCATS
Paloma ACCOT

Etudiant

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Statut professionnel > L’Observatoire de la déontologie de l’information (ODI) rend son rapport sur l’année 2017 - Statut professionnel

Déontologie
/ Flash


22/03/2018


L’Observatoire de la déontologie de l’information (ODI) rend son rapport sur l’année 2017




 
L’Observatoire de la déontologie de l’information,  fondé en septembre 2012, publie son cinquième rapport  "Pour une information libre et responsable" .

Les attentes des français placent les journalistes devant une responsabilité accrue en terme de décryptage et d’investigation. L’exigence de rigueur ne peut céder devant la course à l’audience, le respect de la vie privée reste une question préoccupante et dans un écosystème en recomposition, les médias d’information sont en première ligne dans la lutte contre les manipulations et la propagation des fake news. La veille déontologique de l’ODI durant 2017, année électorale où le rôle des médias a parfois été questionné, illustre ces tendances.


Sur le phénomène « fake news », le rapport rappelle l’intérêt et l’opportunité de créer un organe de déontologie journalistique à l’instar de ce qui existe dans 18 pays membres de l’Union européenne : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède. Le rôle de ce conseil de déontologie serait avant tout pédagogique et sans aucun pouvoir de sanction. Il prendrait la forme d’une instance tripartite composée de journalistes, de représentants des entreprises d’information et de représentants du public. « Le rôle de cet organe de déontologie indépendant serait donc de pointer les dérives de l’information et de diffuser les bonnes pratiques en matière de déontologie. Son champ d’action concernerait tous les contenus produits par les entreprises de presse quel que soit leur mode de diffusion, papier, radiophonique, télévisuelle ou en ligne.» 

Concernant la loi anti fake news, souhaitée par Emmanuel Macron lors de ses vœux début 2018, le rapport « voit mal ce qu’un texte anti « fake news » pourrait ajouter sans donner au juge, voire à des sociétés privées, la mission de séparer en urgence le bon grain journalistique de l’ivraie manipulatrice. »

22 mars 2018 - Légipresse N°359
400 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message
Powered by Walabiz