Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Pierre MEGEL

Etudiant
Hazan Alain

avocat
TAoMA Partners

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Communications électroniques > Le gouvernement lance son plan d’action contre le cyberharcèlement et les « contenus haineux » - Communications électroniques

Communications électroniques
/ Flash


15/02/2019


Le gouvernement lance son plan d’action contre le cyberharcèlement et les « contenus haineux »



 

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargé de l’Egalité, ont présenté jeudi 14 février le plan d’action du gouvernement contre le harcèlement en ligne et les « contenus haineux ». Ces annonces prennent place dans le cadre des Etats généraux des nouvelles régulations du numérique lancés en juillet dernier. Elles s’inspirent dans les grandes lignes du rapport présenté par la députée LREM Laetitia Avia et visent à accroître la responsabilité des grandes plateformes.

Mounir Mahjoubi s’est ainsi déclaré favorable à la création d'un nouveau statut pour les plateformes comme Facebook ou Twitter, qui se situerait entre celui de l’hébergeur et de l’éditeur, et qui « reconnaîtrait leur responsabilité et renforcerait l'efficacité de la régulation des contenus sur ces plateformes ». Le gouvernement propose, de plus, que les plateformes ou sites proposent, pour lutter contre les contenus haineux, des outils de signalement facilement identifiables et mobilisables en quelques secondes par un utilisateur. Il propose ensuite que les gros acteurs soient contraints de supprimer dans un délai de 24h les contenus « manifestement illégaux ». Toutefois, en cas de retrait, il est prévu que les sites concernés  ménagent une possibilité de contestation de la décision de retrait, avec possibilité de faire appel.

L’idée de favoriser la levée de l’anonymat fait également débat. Il s’agirait de redéfinir les contraintes qui pèsent sur les acteurs concernés, et notamment d’envisager des délais raccourcis pour communiquer l’identification des auteurs de contenus illicites dans les cas les plus graves. Des voix se sont élevées pour critiquer un tel dispositif, à l’instar de la Quadrature du Net, pour qui « le gouvernement s’oppose à la jurisprudence de la CJUE ».

S’agissant du harcèlement en ligne, Marlène Schiappa a annoncé que le gouvernement réfléchissait à prolonger le délai de prescription actuellement en vigueur. Le débat a ressurgi ces derniers jours avec l’éclatement de l’affaire de « La Ligue du Lol », à l’occasion duquel plusieurs journalistes ont été mis à pied.

15 février 2019 - Légipresse N°368
389 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message