Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
richard audibert

realisateur concepteur ...
Stéphane Adrover

Statisticien

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Communications électroniques > Lutte contre les discours de haine en ligne : Bruxelles souligne les progrès réalisés pour examiner rapidement les contenus signalés - Communications électroniques

Racisme
/ Flash


18/02/2019


Lutte contre les discours de haine en ligne : Bruxelles souligne les progrès réalisés pour examiner rapidement les contenus signalés



 

La quatrième évaluation du code de conduite de l'Union Européenne présentée le 4 février montre que cette initiative de la Commission « porte ses fruits ». Depuis le lancement du code de conduite en 2016, des progrès constants ont été enregistrés. Ce code repose sur plusieurs engagements, notamment l'examen de la majorité des signalements en moins de 24 heures pour permettre d'aboutir plus rapidement à un éventuel retrait des contenus litigieux. La dernière évaluation menée confirme que les entreprises des technologies de l'information réagissent avec célérité lorsque des discours haineux à caractère raciste et xénophobe leur sont signalés. En effet, les entreprises concernées évaluent 89 % des contenus signalés dans les 24 heures et 72 % des contenus considérés comme des discours de haine illégaux sont supprimés. La Commission souligne que celles-ci doivent toutefois améliorer leur retour d'information aux utilisateurs, ainsi que la transparence en ce qui concerne les notifications et les suppressions. Par ailleurs, les organisations de la société civile, les autorités nationales et les plateformes informatiques ont créé des partenariats pour mener des activités de sensibilisation et d'éducation. Quatre nouvelles entreprises ont décidé d'adhérer au code en 2018 : Google+, Instagram, Snapchat et Dailymotion, et dernièrement la plateforme française Webedia.

Rappelons que le respect du code de conduite est une démarche volontaire. Mme Vera Jourova, commissaire européenne chargée de la justice, a cependant indiqué qu’une législation contraignante serait mise en place si les plateformes relâchaient leurs efforts, à l’instar des mesures instaurées pour la lutte contre les contenus terroristes.

18 février 2019 - Légipresse N°368
284 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message