Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Iris Prades

Juriste Droit Propriété ...
justine meignen

étudiant

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Infractions de presse > La garde des Sceaux veut ouvrir le chantier de la sortie de l’injure et de la diffamation raciales de la loi de 1881 - Infractions de presse

Haine en ligne
/ Flash


18/06/2019


La garde des Sceaux veut ouvrir le chantier de la sortie de l’injure et de la diffamation raciales de la loi de 1881



 

Dans une interview au Journal du Dimanche (édition du 15 juin 2019), Nicole Belloubet a annoncé son souhait d’ouvrir une réflexion afin de savoir comment, face à la multiplication de propos racistes, antisémites et homophobes sur internet, concilier liberté d’expression et efficacité de la répression de la haine en ligne.

La ministre rappelle que sont prévus dans la loi de réforme de la justice « des dispositifs plus efficaces pour lutter contre cette prolifération en créant un cadre juridique pour déposer plainte en ligne et en permettant de juger plus rapidement les auteurs de messages d’incitation à la haine grâce à des ordonnances pénales. Il est aussi possible d’agir par la voie civile, en référé, afin de solliciter la fermeture rapide des sites en cause ». Or, « certains pensent qu’il faut aller plus loin car la sanction de la plupart de ces actes relève de la loi sur la liberté de la presse de 1881. Ces personnes ou ces associations pensent qu’il faudrait sortir l’injure et la diffamation de la loi de 1881 pour l’inscrire dans le droit pénal commun, pour donner plus de pouvoir aux magistrats et accélérer la réponse ». La ministre dit comprendre « qu’il pourrait être intéressant de sortir de la loi de 1881, par exemple pour juger en comparution immédiate, les auteurs récidivistes d’injures. Le problème ce sont les limites : à partir de quel moment va-t-on considérer qu’un acte relève d’une agression raciste, homophobe, antisémite ?", se demande-t-elle.

La ministre reconnaît qu’il s’agit d’un « débat complexe, délicat (…) qui doit s’accompagner d’une réflexion approfondie sur la liberté d’expression sur les réseaux sociaux et la responsabilité de ces derniers ». La commission des lois de l’Assemblée nationale doit examiner, mercredi 19 juin, la proposition de loi « visant à lutter contre la haine sur Internet » de Laetitia Avia. Le texte, qui sera examiné par les députés début juillet, prévoit d’imposer aux réseaux sociaux une lourde amende s’ils ne retirent pas dans les vingt-quatre heures les contenus haineux qui leur sont signalés. Mais la ministre a précisé que le débat qu’elle souhaite ouvrir « ne peut se faire à l’occasion de l’examen d’amendements dans la cadre de cette proposition de loi ».

En effet, le texte de 1881 est une « loi cardinale » qu’on « ne peut modifier que d’une main tremblante ». La garde des Sceaux souhaite donc « solliciter l’avis de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) » afin « d’éclairer le travail technique qui sera conduit ensuite sur les implications juridiques d’une évolution de la procédure ». « On pourrait avoir la restitution de ces travaux à l’automne », a précisé la ministre.

18 juin 2019 - Légipresse N°372
503 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message