Boutique

Légipresse |

Les renouvellements de la liberté d'expression

Actes du Forum Légipresse du 4 octobre 2012

Le journaliste diffamateur est présumé de mauvaise foi. Pour détruire cette présomption et lui permettre d’être exonéré de responsabilité, il doit traditionnellement rapporter la preuve de quatre éléments : la légitimité du but poursuivi, le sérieux de l’enquête, la prudence dans l’expression et l’absence d’animosité personnelle. Or, sous l’influence de la Cour européenne des droits de l’homme, est apparu le critère de « débat d’intérêt général » pour apprécier la bonne foi du journaliste professionnel. Se pose alors la question de la portée de cette référence et son articulation avec les critères traditionnels de la bonne foi. Cette déconstruction avait déjà été opérée pour d’autres registres d’expression que l’information. Ainsi, les critères de la bonne foi s’apprécient différemment selon le genre de l’écrit en cause et la qualité de la personne qui s’y exprime. Il en est ainsi dans le domaine de l’expression humoristique, littéraire, de même en matière de polémique politique, de témoignages vécus ou d’interviews. 

Au final, la bonne foi apparaît de facto comme un critère de déontologie journalistique sur lequel il convient de revenir. Par ailleurs, la protection pénale de certains « secrets » vient souvent heurter de plein fouet la liberté d’informer, mais également mettre en exergue l’existence de conflits de secrets. Ainsi, l’avocat est tenu au secret de l’instruction comme au secret professionnel. Mais parfois, les droits de la défense – qui passent par une nécessaire liberté d’expression – peuvent justifier qu’il y soit porté atteinte, comme en attestent d’ailleurs plusieurs décisions récentes.

Presse et justice ont chacun leur secret : « de l’enquête et de l’instruction » pour le juge notamment, et « des sources » pour les journalistes. Or la recherche de la vérité passe par la connaissance, voire la divulgation des informations couvertes par le secret de l’autre. Quel équilibre envisager dès lors, au regard des affaires récentes, des dernières jurisprudences et de l’annonce par Christiane Taubira d’un nouveau projet de loi sur le secret des sources ? 

Une récente proposition de loi visant à instaurer un délit de « violation du secret des affaires des entreprises » pose la question des éventuelles restrictions du droit à l’information que pourrait faire peser une telle incrimination. La question de cet équilibre se pose également en matière de « secret de la vie privée », pour laquelle la Cour EDH a fait émerger « la contribution apportée par des photos, ou un article litigieux, à un débat d’intérêt général », pour admettre certaines violations des droits de la personnalité. Toutes ces questions ont été discutées par d’éminents juristes et professionnels de l’information, à l’occasion du Forum Légipresse 2012 qui reproduit ici leurs interventions.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message
Powered by Walabiz