Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Jean Michel

Stagiaire
NICOLAS PACAUD

retraité curieux

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Infractions de presse > Poursuite en diffamation d’écrits judiciaires couverts par l’immunité de l’article 41 de la loi du 29 juillet 1881 - Infractions de presse

Immunité
/ Jurisprudence


01/10/2019


Poursuite en diffamation d’écrits judiciaires couverts par l’immunité de l’article 41 de la loi du 29 juillet 1881



Tribunal de grande instance, Paris, (17e ch. civ.), 15 mai 2019, Bernard D. c/ J-M. H.
 

Un homme a saisi le tribunal de grande instance pour voir constater que certains propos contenus dans un mémoire déposé à l’appui d’un recours formé devant le Conseil d’État, sont constitutifs de diffamation publique envers particulier à son égard. Ledit mémoire avait pour objet d’annuler une convention signée entre le ministère de la Justice et le Conseil national des compagnies d’experts de justice « concernant la dématérialisation de l’expertise civile entre les experts et les juridictions du premier et second degré ».

Le tribunal constate que les propos poursuivis visent en substance à dire que la décision du ministre de la Justice de signer la convention est illégale, au motif que le logiciel utilisé dans le cadre de la convention serait celui de la société fondée et dirigée par le demandeur, par ailleurs président d’une compagnie d’experts membre du Conseil national des compagnies d’experts de justice, ce qui caractériserait un conflit d’intérêts.

Le tribunal rappelle que l’immunité des discours et écrits judiciaires, instituée à l’article 41 de la loi du 29 juillet 1881, est destinée à garantir le libre exercice du droit d’agir ou de se défendre en justice. Cette immunité ne reçoit exception que dans le cas où les faits diffamatoires sont étrangers à la cause, cette condition s’imposant aux parties plaidantes comme aux tiers à l’instance initiale.

En l’espèce, contrairement à ce qui est indiqué en demande, les passages visés ne sont en rien étrangers à la cause, puisqu’ils ont précisément pour objet d’obtenir l’annulation de la convention, au motif d’un prétendu conflit d’intérêts. Le tribunal estime, dès lors, que les propos sont couverts par l’immunité judiciaire au sens de l’article 41, ce qui rend l’action en diffamation, même d’un tiers, irrecevable.

Enfin, les juges considèrent que le caractère abusif de l’instance est établi, le demandeur ayant choisi de poursuivre un écrit judiciaire, manifestement en rapport avec la cause initiale. Dès lors, il devra verser, en application de l’article 1240 du code civil, à chacun des défendeurs, la somme de 100 euros.

1er octobre 2019 - Légipresse N°375
401 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message