Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
zoé Gouverneur

Etudiante

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Big Brother et Anastasie au chevet du droit d'auteur : réflexions sur le projet de loi « Création et Internet » -

Iii – la cnil, régulateur démuni d'une régulation sectorielle
/ Chroniques et opinions


01/03/2009


Big Brother et Anastasie au chevet du droit d'auteur : réflexions sur le projet de loi « Création et Internet »



La boutique



> Abonné ? Identifiez-vous



Le projet de loi «Création et Internet», appelé aussi «HADOPI », n'est pas neutre au regard du dispositif « Informatique et libertés ». Le droit d'auteur est confronté à la vie privée des internautes qui contribuent de par leur comportement à fragiliser le droit à la copie privée et à rendre public l'espace privé. Les ayants droit ne sont pas restés en marge de cette évolution, en officialisant le «traçage» et le «fichage» des internautes friands de téléchargement de fichiers protégés par le droit d'auteur. Le projet de loi «HADOPI» lisse les obstacles que constitue la protection des données personnelles en ouvrant des brèches dans le système de protection de la loi de 1978. En effet, le droit d'auteur vient alors imparfaitement réguler les données personnelles en renforçant le traçage des internautes et de leurs données de connexion, en légalisant de nouveaux fichiers sans en contrôler véritablement la finalité, et en identifiant bien imparfaitement les internautes dans le cadre de la fameuse «riposte graduée». Le dispositif issu de ce projet met en place des tolérances que l'on peut qualifier d'inacceptables si l'on s'en tient à la protection des données personnelles.

Nathalie Mallet-Poujol
Directrice de recherche au CNRS – ERCIM, – UMR 5815 – Université de ...
 
1er mars 2009 - Légicom N°42
0 mots