Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Extension de l'accord sur les journalistes professionnels rémunérés à la pige : un vaudeville social -

Chroniques et opinions


01/01/2011


Extension de l'accord sur les journalistes professionnels rémunérés à la pige : un vaudeville social



La boutique



> Abonné ? Identifiez-vous



L'« accord pigiste » signé le 7 novembre 2008 par un certain nombre de syndicats de journalistes et patronaux, fait l'objet d'une vive critique de la part d'autres organisations représentatives.
Elles portèrent celle-ci devant le Tgi de Paris qui en annula deux dispositions en novembre 2009.
Pourtant, cet accord, qui vise à étendre un certain nombre de droits sociaux et de garanties aux pigistes, a été étendu le 11 octobre dernier à l'ensemble des employeurs et salariés concernés par la convention collective des journalistes, sans exclusion ni réserve de l'autorité administrative, et avec l'accord de ceux qui le contestent ! Alors même qu'il faut désormais attendre la fin de la procédure judiciaire pour connaître l'étendue des dispositions déclarées licites, il convient de s'arrêter sur l'origine de la contestation et d'examiner l'incidence en droit de l'arrêté d'extension.

En 1920, alors que la Russie devenait soviétique, Lénine dénonçait, dans un ouvrage qui ferait date et polémique, « la maladie infantile du communisme : le gauchisme ». Dans cet ouvrage, il critiquait l'attitude des communistes révolutionnaires refusant de s'associer aux partis parlementaires réformateurs au nom d'une pureté idéologique qui, paradoxalement, les éloignait des masses. Pour Lénine, au contraire, il convenait de soutenir ses partis, « exactement comme la corde soutient ...
Frédéric Gras
Avocat au Barreau de Paris
 
1er janvier 2011 - Légipresse N°279
2614 mots