Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Michel Maurel

Journaliste

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Publicité > Commercialisation de vêtements sous la marque et l'enseigne d'une marque de tabac constitutive de publicité indirecte en faveur du tabac - Publicité

Publicité
/ Jurisprudence


01/12/2007


Commercialisation de vêtements sous la marque et l'enseigne d'une marque de tabac constitutive de publicité indirecte en faveur du tabac



La boutique



> Abonné ? Identifiez-vous



L'article L. 3511-3 du CPI dispose que « la propagande ou la publicité directe ou indirecte, en faveur du tabac ou des produits du tabac ainsi que toute disposition gratuite ou vente d'un produit du tabac à un prix de nature promotionnelle contraire aux objectifs de santé publique sont interdits ». La notion de publicité indirecte ne peut se définir comme la seule incitation directe à l'achat d'un produit par les consommateurs. Le seul fait de faire état d'une marque dans un espace public en utilisant son nom, son emblème ou un autre signe distinctif attaché à une marque constitue une publicité indirecte. La jurisprudence a rappelé « qu'est sans incidence sur l'illicéité de la publicité la circonstance que la marque utilisée ait une notoriété dans le domaine distinct du tabac et que l'activité promue soit sans rapport avec le tabac ».

En l'espèce, le CNCT demandait réparation du préjudice subi en raison de la commercialisation, dans six magasins situés à Paris, de vêtements sous la marque et l'enseigne « Marlboro Classic », qu'il estimait constitutif de publicité indirecte en faveur du tabac. La société prévenue a été relaxée en première instance, il n'a pas été fait appel des dispositions pénales du jugement et seul l'appel de la partie civile était examiné en l'espèce. Pour la cour, sans qu'il soit ...
Cour d'appel, Paris, 20e ch. sect. B, 25 octobre 2007, VFG France c/CNC
 
1er décembre 2007 - Légipresse N°247
350 mots