Sur le même sujet

Autofiction : un malentendu entre le droit et la littérature / Cours et tribunaux

Autofiction : un malentendu entre le droit et la littérature

1/10/2012

Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
vincent ubeda

élève avocat
Laure Abramowitch

Avocat droit public droit ...

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Invocation d'une atteinte à la vie privée causée par la publication d'une oeuvre d'autofiction -

Jurisprudence


01/10/2012


Invocation d'une atteinte à la vie privée causée par la publication d'une oeuvre d'autofiction



La boutique



> Abonné ? Identifiez-vous



Le genre littéraire de l'autofiction, qui prend ¦¦ très directement sa source dans la vie réelle de l'auteur et, par voie de conséquence, dans celle des personnes qui, de manière plus ou moins proche, partagent son existence ou y sont mêlées doit, sous peine de disparaître, pouvoir être pratiqué dans un maximum de sécurité juridique et ne saurait être entravé, voire annihilé, par une protection trop rigoureuse de la vie privée des personnes concernées.

En l'espèce, un écrivain avait fait publier un ouvrage dénommé « J'étais derrière toi » dans lequel le narrateur racontait sa vie de jeune homme marié, un épisode d'infidélité, ses difficultés de couple et la rupture qui s'en était suivie. Son ancienne femme prétendait s'être reconnue dans le roman et avait saisi le tribunal pour obtenir la réparation du préjudice causé par l'atteinte à sa vie privée, le dénigrement opéré à son encontre et une atteinte à son droit moral ...
Tribunal de grande instance, Paris, 17e ch. civ., 16 mai 2012, N.A. Tudieshe c/ N. Fargues et a.
 
1er octobre 2012 - Légipresse N°298
472 mots