Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
anna arzoumanov

enseignant chercheur

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Communications électroniques > Les 20 propositions du rapport visant à renforcer la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet - Communications électroniques

Internet
/ Flash


01/11/2018


Les 20 propositions du rapport visant à renforcer la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet



 

Le 20 septembre, la députée Laetitia Avia, l'écrivain Karim Amellal et le vice-président du CRIF Gil Taieb ont remis au Premier ministre leur rapport consacré au « renforcement de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme sur Internet ». Ce rapport s’inscrit dans le cadre du plan 2018-2020 de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Les rapporteurs constatent que « les discours de haine prospèrent (en ligne) dans une relative impunité », en raison des faiblesses du dispositif réglementaire actuel, aggravées par l’évolution très rapide du monde digital. Le rapport comporte 20 recommandations, parmi lesquelles : d’imposer aux grandes plateformes un délai de 24 heures pour retirer les contenus manifestement racistes ou antisémites ; de multiplier par 100, soit à 37,5 millions d’euros maximum, le montant des amendes prévues en cas de manquement par les réseaux sociaux et les moteurs de recherche à leurs obligations de retrait ou de déréférencement de contenus ; de créer une troisième catégorie d’entreprises du numérique, dénommée « accélérateur de contenus », qui regrouperait pour l’essentiel les réseaux sociaux et les moteurs de recherche. Cette catégorie serait soumise à des obligations plus contraignantes que celles appliquées aux éditeurs et aux hébergeurs ; d’instaurer une autorité de régulation spécialisée dans le cyber-racisme, rattachée au Premier ministre ou, à défaut, de renforcer les pouvoirs du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Le Gouvernement s’est dit favorable à une initiative européenne sur ce sujet. Celle-ci pourra être lancée après qu’aura été franchie une première étape avec l’adoption du règlement européen sur le retrait des contenus terroristes sur lequel la Commission européenne vient de présenter un projet.

1er novembre 2018 - Légipresse N°364
311 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message