Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Arthur Vergne

Stagiaire
Laetitia Boutmy

Eleve avocate

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Audiovisuel > Plaidoyer pour une cause perdue. Quelques arguments en faveur du maintien de la police spéciale du cinéma - Audiovisuel

Audiovisuel
/ Chroniques et opinions


27/07/2022


Plaidoyer pour une cause perdue. Quelques arguments en faveur du maintien de la police spéciale du cinéma



La boutique



> Abonné ? Identifiez-vous



Bien qu'elles ne soient pas légion, les restrictions préventives à l'exercice d'une liberté n'ont pas bonne presse dans le domaine de la liberté d'expression. De manière inévitable donc, l'encadrement de la liberté d'expression dans sa dimension cinématographique sous les auspices d'un régime préventif, précisément d'une police spéciale, est aujourd'hui largement contesté par une partie de la doctrine. Les nombreuses critiques adressées à l'encontre du maintien d'un régime d'autorisation préalable à la diffusion d'une œuvre cinématographique méritent ainsi que soit débattue la question de son éventuelle abrogation.

Presque soixante-dix ans après les mots prononcés par le professeur Waline constatant l'inexistence d'une liberté du cinéma(1), quarante-cinq ans après le souhait exprimé par le professeur Mourgeon dans les colonnes de La Gazette du Palais d'une reconnaissance législative de la liberté d'expression cinématographique(2), treize ans après la réforme réalisée par l'ordonnance no 2009-901 du 24 juillet 2009 instituant le code du cinéma et de l'image animée (CCIA)(3), le temps ...
Mathilde Grandjean
Attachée temporaire d'enseignement et de recherche, laboratoire CREDESPO, ...
 
27 juillet 2022 - Légipresse N°405
4973 mots