Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Nelly MARTIN

CREATRICE
eric lafond

Enseignant

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Infractions de presse > Le Parlement européen valide la directive sur la protection des lanceurs d’alerte - Infractions de presse

Liberté d'expression
/ Flash


23/04/2019


Le Parlement européen valide la directive sur la protection des lanceurs d’alerte



 

Le Parlement européen a validé, le 16 avril, l’accord établissant de nouvelles normes européennes afin de protéger les lanceurs d’alerte qui signalent des infractions à la législation dans un grand nombre de domaines, notamment les marchés publics, les services financiers, la sécurité des produits et du transport, la sécurité nucléaire, la santé publique, la protection des consommateurs et la protection des données à caractère personnel.

Seuls 10 États membres (France, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Slovaquie, Suède et Royaume-Uni) offrent à ce jour une protection juridique complète. Dans les autres pays, la protection est partielle ou s’applique à des secteurs ou des catégories spécifiques d’employés.

Les nouvelles règles adoptées par le Parlement européen, afin de garantir la sécurité des potentiels lanceurs d’alerte et la confidentialité des informations révélées, leur permettent de divulguer des informations soit en interne à l'entité juridique concernée, soit directement aux autorités nationales compétentes, ainsi qu'aux institutions, organes, offices et agences de l'UE concernés. Si aucune réponse appropriée n’a été apportée suite au signalement initial du lanceur d’alerte, ou si ce dernier estime qu’il existe une menace imminente pour l’intérêt public ou un risque de représailles, il pourra continuer d’être protégé s’il décide de révéler publiquement les informations dont il dispose.

La France devra réviser la loi dite « Sapin 2 » en ce qu’elle impose une hiérarchie stricte du signalement d’une alerte qui est porté « à la connaissance du supérieur hiérarchique, direct ou indirect, de l’employeur ou du référent désigné par celui-ci ». Faute de diligence de celui-ci dans un délai raisonnable, le signalement « est adressé à l’autorité judiciaire, à l’autorité administrative ou aux ordres professionnels (…) dans un délai de trois mois » et peut être rendu public.

L’accord provisoire sur la directive doit encore être validé par le Conseil de l’UE.

23 avril 2019 - Légipresse
370 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message