Sur le même sujet

Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Rachel EMMA

Étudiant
Hervé Hugueny

Chef des informations

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Qui trop embrasse mal étreint Retour sur l'intérêt à agir des Sprd -

11,00€ TTC
Qui trop embrasse mal étreint retour sur l'intérêt à agir des sprd
/ Cours et tribunaux


01/05/2013


Qui trop embrasse mal étreint Retour sur l'intérêt à agir des Sprd



Ajouter au panier



> Abonné ? Identifiez-vous



Il résulte de l'article L. 321-1 du Code de la propriété intellectuelle que, quels que soient ses statuts, une société de perception et de répartition des droits des artistes-interprètes ne peut être admise à ester en justice pour défendre les droits individuels d'un artiste-interprète, qu'à la condition qu'elle ait reçu de celui-ci pouvoir d'exercer une telle action.
Les accords conclus en 1959, entre le Syndicat national des artistes-interprètes et le Syndicat national de l'industrie et du commerce phonographiques, opposables à la Spedidam, doivent s'interpréter comme la reconnaissance du droit conféré aux producteurs, propriétaires des enregistrements, d'exploiter ceuxci pour la sonorisation de films cinématographiques à venir, à charge pour eux de verser une redevance équitable supplémentaire aux artistes-interprètes.

L'arrêt était attendu, le microcosme de la propriété intellectuelle scrutant avec ferveur la position de la Cour de cassation dans une affaire qui a mobilisé l'essentiel des forces vives de la place. Pas moins de dix opérateurs étaient dans la cause, dont les principaux producteurs de phonogrammes, diverses entités du groupe Canal + et TF1. En face, la Spedidam, seule certes (1), mais ayant choisi de conduire un combat essentiellement symbolique, le débat ne portant guère sur le ...
Cour de cassation, Civ. 1re, 19 février 2013, Spedidam c/ Canal Plus et a.
Nicolas BINCTIN
Professeur agrégé des Facultés de Droit, Université de Poitiers - CECOJI
 
1er mai 2013 - Légipresse N°305
3525 mots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message
Powered by Walabiz