Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
Paloma ACCOT

Etudiant

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > La commission des Finances du Sénat critique le manque d'efficacité des aides publiques à la presse écrite -

Presse
/ Flash


01/10/2013


La commission des Finances du Sénat critique le manque d'efficacité des aides publiques à la presse écrite



 

La Cour des comptes a remis en juillet dernier à la commission des finances du Sénat, présidée par Philippe Marini, une enquête sur les aides de l'Etat à la presse écrite, laquelle dresse un bilan mitigé de cette politique publique jugée particulièrement dispendieuse.
Le rapport formule plusieurs recommandations autour de trois axes principaux : la simplification des aides directes en ciblant leur impact sur la presse d'information politique et générale et sur la transition technologique de la filière, la suppression des aides fiscales non pertinentes et l'ouverture du taux super réduit de Tva à la presse en ligne. Pour donner suite à cette enquête, la Commission des finances au Sénat a organisé le 18 septembre une audition qui a permis de confronter les points de vue de la Cour des comptes, de l'administration gestionnaire des aides et de plusieurs bénéficiaires du soutien public à la presse écrite. Philippe Marini y a relevé la spécificité de notre pays qui se singularise par une politique de soutien particulièrement généreuse, créant une dépendance des entreprises de presse. Il a également regretté l'insuffisante conditionnalité des aides et leur manque d'efficacité, s'interrogeant sur la pérennité d'un tel niveau de soutien dans le contexte actuel. De plus, le rapporteur Claude Belot a pointé la faible part des aides spécifiquement dédiées au pluralisme, alors que ce principe constitue la justification première du soutien public à la presse écrite. Enfin, fut soulignée l'impérieuse nécessité, pour les entreprises de presse, de s'adapter aux mutations technologiques, l'État n'ayant pas vocation à le faire à leur place.
1er octobre 2013 - Légipresse N°309
278 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message
Powered by Walabiz