Forum Legipresse 2020

Enews Legipresse

Recevez la newsletter et entrez dans le Club Légipresse
Valider
Valider l'adresse e-mail pour inscription à l'E-news

Le club Légipresse

Les 2 derniers inscrits
celine cohen

avocat associé
LDEIS AVOCATS
Didier Long

Physicien

Vidéos

02/09/2016
Fabrice Arfi, Médiapart

Forum 2015 - Informer n'est pas un délit

Toutes les vidéos
Accueil > Communications électroniques > StopCovid : l’UE dévoile une boîte à outils en vue de la mise en œuvre d’applications d’alerte pour lutter contre la pandémie - Communications électroniques

Informatique et libertés
/ Flash


17/04/2020


StopCovid : l’UE dévoile une boîte à outils en vue de la mise en œuvre d’applications d’alerte pour lutter contre la pandémie



 

Alors qu’un débat parlementaire, sans vote, sur le projet d’application « StopCovid », est annoncé le 28 avril prochain à l'Assemblée nationale et le lendemain au Sénat, les États membres de l'Union européenne ont rendu publique une boîte à outils commune, en vue de la mise en œuvre d'applications mobiles de traçage des contacts et d'alerte pour lutter contre la pandémie. Dévoilée le 16 avril, cette boîte à outils est accompagnée d'orientations en matière de protection des données. Saluant leur adoption, Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a déclaré : « Nous devons innover et utiliser au mieux la technologie pour lutter contre la pandémie, mais nous ne transigerons pas sur nos valeurs et nos exigences en matière de protection de la vie privée ».

La boîte à outils définit les exigences essentielles applicables à ces applications :

- Elles doivent être pleinement conformes aux règles de l'UE en matière de protection des données et de la vie privée, conformément aux orientations présentées à l'issue d'une consultation avec le comité européen de la protection des données.

- Elles doivent être mises en œuvre en étroite coordination avec les autorités de santé publique et approuvées par celles-ci.

- Elles doivent être installées sur une base volontaire, et devront être démantelées dès qu'elles ne seront plus nécessaires.

- Elles doivent viser à exploiter les solutions technologiques les plus récentes de protection de la vie privée. Ces applications, qui seront probablement basées sur la technologie Bluetooth, ne permettent pas la géolocalisation des personnes.

- Elles doivent s'appuyer sur des données anonymisées : elles peuvent avertir l'utilisateur s'il s'est trouvé pendant une certaine durée à proximité d'une personne infectée, afin qu'il se fasse dépister ou qu'il s'isole, mais sans lui révéler l'identité de la personne infectée.

- Elles devraient être interopérables dans toute l'UE afin que les citoyens soient protégés même lorsqu'ils franchissent les frontières.

- Elles devraient être ancrées dans des orientations épidémiologiques acceptées et correspondre aux meilleures pratiques en matière de cybersécurité et d'accessibilité.

- Elles devraient être sûres et efficaces.

D'ici le 30 avril 2020, les autorités de santé publique évalueront l'efficacité des applications au niveau national et transfrontière. Les États membres devraient rendre compte des mesures qu'ils ont prises au plus tard le 31 mai 2020 et permettre à la Commission et aux autres États membres d'en prendre connaissance en vue d'un examen réciproque. La Commission évaluera les progrès accomplis et publiera des rapports périodiques à partir de juin 2020 et tout au long de la crise, en recommandant l'adoption de mesures ou la suppression progressive des mesures qui ne semblent plus nécessaires.

17 avril 2020 - Légipresse N°381
572 mots
> Commenter
Ajouter un commentaire
Titre du commentaire :
Message :
Envoyer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.
X Fermer ce message